SETIF et LEMROUDJ

SETIF et LEMROUDJ

Ecole de Lemroudj, résultats faibles à l'examen de 5e.

 

Sur 56 inscrits à l'examen de 5e, première session, vingt (35,71%) seulement ont été déclarés admis avec une note égale ou supérieure à la moyenne ; quatorze ont été rachetés (25%). Soit au total 34 admis (60,71%) et 22  recalés (39,29%) qui seront convoqués pour les épreuves de la seconde session prévue pour le 25 juin 2013.

 

Ces résultats sont très faibles ; ils nous interpellent tous et, de ce fait, nous devons nous poser la question comment en sommes nous arrivés là ? Il faut reconnaître d'emblée que ces résultats sont le fruit de cinq années de scolarité pendant lesquelles enseignants, administration de l'école et parents (individuellement et à travers leur association) devaient accompagner les élèves, chacun en ce qui le concerne.

 

Donc, si chacune des parties avait donné ce qu'il fallait, les résultats seraient, sans aucun doute, nettement meilleurs. Est-ce le cas ? Les causes de ces faibles résultats sont  variées ; nous en citerons ici les plus apparentes :

-         les grèves observées par les enseignants et les agents administratifs durant ces cinq années de scolarité, même si elles sont légitimes,

-         l'absence quasi-totale de certains parents, sinon la majorité d'entre eux,

-         les absences et retards fréquents de certains enseignants, quelques soient les raisons,

-         la qualité de l'enseignement dispensé, surtout en absence de formation pédagogique,

-         les programmes chargés et condensés en cinq années au lieu de six,

-         le fait que les élèves, à cet âge, ne sont pas conscients de l'importance des études.

 

La liste des causes citées plus hauts n'est pas exhaustive ;  il doit certainement y avoir d'autres. Mais, quoi qu'il en soit, la situation mérite une attention particulière et des remèdes immédiats pour qu'elle ne se reproduise plus à l'avenir. Ces remèdes, ceux sont des solutions aux causes précitées et la recherche d'un enseignement de qualité.

 

N'oublions pas que les jeunes d'aujourd'hui, ceux sont eux les hommes de demain. Leur avenir est cautionné par la qualité de l'enseignement qui leur est dispensé et l'intérêt que toute la société accorde au savoir et au savoir faire.

 

Auteur : Rachid Sebbah



14/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres